Chapitre 1 : How it began.

Un homme se trouvait seul dans son bureau au sein de la tour aux milles étages de l’Assemblée des Seigneurs, cette institution qu’il avait servie toute sa vie. Il regardait les informations qui passaient en boucle sur un écran. « Les Khamsins dépassés, les cyborgs sont plus efficaces », « Le Wind en personne vaincu par un cyborg ! », « La dynastie des Winds : une histoire glorieuse, une fin rapide ? ». L’homme fit une grimace. Il souffrait encore : un peu de sang coulait d’une blessure à l’épaule gauche, qu’il n’avait pas voulu faire soigner par un robot-medic. Plus jamais il ne se sentirait le courage d’approcher un robot après ce jour. Pourtant, il n’avait jamais manqué de force… Jusqu’à aujourd’hui.

Toute sa vie, il avait mené les Khamsins, son peuple, de victoires en victoires, au service de l’Assemblée des Seigneurs. Cette même Assemblée qui, après avoir fait des siens l’armée officielle de l’institution deux millénaires plus tôt, les avait relégués au rang d’outils dépassés. Il avait été vaincu par un cyborg, la nouvelle découverte des Seigneurs. Ces créations étaient prétendument plus fiables et plus efficaces que leurs homologues humains, et, comme l’avait dit, faussement ému, le Président de l’Assemblée, on pleure plus difficilement un cyborg… Quoi qu’à la base, on utilisait des humains comme matière première…

Blizzard, Wind de Souffle, regarda son communicateur, et se remémora la discussion qu’il venait d’avoir avec le génie qu’était son dernier fils, Tempête. À douze ans, il avait déjà saisi toutes les conséquences de ce qui venait de se passer, et trouvé une solution permettant aux Khamsins d’avoir une chance de s’en sortir. Le Wind n’avait pas été étonné que son fils ait trouvé, ça arrivait tout le temps. Il avait juste eu du mal à comprendre ce que cet enfant attendait de son père. Puis Blizzard avait assimilé, et compris que c’était la seule solution.

Avec beaucoup de précautions, lentement, calmement et majestueusement, l’homme se leva, quittant son siège. Il s’approcha de la baie vitrée qui offrait une vue d’ensemble de la cité autour du siège de l’Assemblée des Seigneurs. C’était haut. Très haut. En dessous, la vie grouillait. Il avait encore beaucoup à faire, des gens à contacter, des mots à dire, des enfants à serrer dans ses bras, même s’il n’en avait jamais vraiment eu envie jusque là… Mais de toute façon, il n’en avait plus le temps. Après une longue inspiration, il regarda autour de lui, ce bureau, celui des ambassadeurs de Souffle, sa planète natale. La décoration comportait un tableau représentant une des grandes plaines de la planète, comme toujours battue par les vents. Son fils Zéphyr était l’auteur de cette œuvre, à une époque où il pensait encore être autorisé à devenir artiste. Blizzard avait confisqué l’oeuvre et prétendu la brûler, espérant inciter son fils à s’endurcir. Il avait réussi. L’homme s’imprégna de cette image, désirant que ça soit la dernière qu’il garde en mémoire. Il savait malheureusement qu’une autre viendrait la remplacer, inévitablement.

Il n’avait pas peur, non. S’il avait un regret ? Oui. Ne pas avoir vaincu le cyborg. Il arrêta de penser.

La fenêtre le laissa passer, non sans se briser en milles éclats. Avant que les gardes en faction devant la porte ne rentrent, il n’était déjà plus qu’un point indistinct, tout en bas. Le temps qu’ils se penchent pour regarder, Blizzard, Wind de Souffle, n’était plus qu’un tas de chair, d’os et de sang éparpillé au pied de la tour, mille étages plus bas.

Chapitre suivant