Chapitre 7 : It takes two to tango

Chapitre précédent

On s’améliore, non ? Oui, clairement. Hey, vous emballez pas, c’est surtout qu’il sait pas se battre. Ah. En tout cas continue de protéger notre visage. Je ne veux pas de marques dessus pour mon vernissage. Tssss. Non mais je suis plutôt d’accord, pour une fois que ce sera pour nos toiles, autant avoir l’air présentable. Deux ou trois bleus ça donne juste du caractère. Je te rappelle qu’on avait dit qu’on acceptait ce combat que si on faisait le vernissage comme il fallait. Oui oui… Et on sera le premier super héro à la fois peintre et boxeur professionnel ! Oui, enfin comme on est déjà le premier super héro… Non mais pas juste en vrai hein, ça a juste jamais été fait. Ce sera cool quand ils feront un film sur nous. J’espère juste qu’à ce moment là notre identité secrète sera toujours secrète. Dites, si ça vous fait rien, j’essaie de gagner un match de boxe sans me faire cogner au visage. C’est vrai, pardon, fait donc. Uppercut du droit au menton, crochet du gauche au foie, crochet du droit à l’arcade, direct au foie et… Boum. Il va pas se relever là hein ? Pas tout seul, non. Donc c’est bon ? Oui. On est officiellement passés pro maintenant. Et on a cent pour cent de victoires ! Oui enfin on va pas frimer pour l’instant hein… On ne pourra peut-être plus après le second match alors bon… Hey, je compte bien gagner le second aussi. J’imagine bien, mais ça ne dépend pas que de toi. Bon, on rentre au vestiaire ? Laisse-le apprécier la foule un peu. On peut pas vraiment faire ça en tant que super héro alors autant profiter en tant que boxeur. Oui, mais il ne faut pas trop trainer, vous savez que Jimmy est grognon quand il ne dort pas assez. Arrête, on sait tous que c’est demain le vernissage et tu veux juste être en forme. Euh… Oui… Eh ben on y va alors. On dit pas au revoir au coach ? On lui a pas dit bonjour non plus. Un merci peut-être ? On vient de lui dire. Quand ? Quand on a étalé l’autre gars.

Faut croire qu’on peut pas rentrer chez soi tranquillement. On va l’aider ? C’est vraiment une question ? On a pas le costume. C’est bon on gère. Mais pas de marques au visage pour demain hein ! T’en fais pas…

Et si vous la laissiez tranquille ?”

Et voila, on a encore raté une occasion de faire une entrée stylée…

Euh mec, c’est le type qu’a gagné le match de boxe là.”

On a déjà des fans ?

C’est le type qui m’a fait perdre toute ma tune ! J’ai parié sur l’autre gars !”

Donc non, pas des fans. Mais ça viendra. Euh… C’est un couteau ça non ? Yep. C’est un couteau. On a pas le costume… C’est pas le costume qui fait le héro. Non mais c’est pas le héro qui est pare-couteau, c’est le costume ! Il marque un point là ! Et moi je vais marquer mes poings. Sur leurs faces. Pourquoi ces répliques là sortent jamais de notre tête ? On aurait la classe…

Je me jette sur les trois gars. Celui qui tient la fille sera le dernier à tabasser. Le premier essaie de me poignarder, et je m’arrange pour que le couteau se plante dans mon sac de sport. Ensuite je lui balance un coup de genou où ça fait mal. C’est pas très fair play. Parce que trois contre une fille c’est fair play ? Euh… Ben ça dépend de la fille. Et ça dépend des trois. Il est plié en deux, je l’envoie au sol d’un coup de coude au milieu du dos. La fille s’est libérée et elle à l’air de vouloir arracher un oeil à celui qui la tenait. Va peut-être falloir l’arrêter avant… Parce qu’on est plus délicat qu’elle peut-être ? Oui, bon, pas là, parce que tu es en train de racler le visage d’un mec contre un mur, mais sinon… Eh, c’est Betty !

Betty ?

-Alex ?”

Les trois gars s’enfuient là. On les laisse filer ? On a mieux à faire.

Qu’est-ce que tu fais dehors à trois heures du matin ? Qu’est-ce que tu deviens ?

-Insomniaque. Et toi ?

-Une demoiselle en détresse j’imagine.

-Non, ces trois types imaginaient ça. Toi clairement tu imaginais autre chose.

-Oui, j’imaginais rentrer chez moi. Sans me faire agresser. C’est marrant que tu sois là. Sérieusement, ça fait combien d’années ?

-Trop.

-Pour que tu comptes ? C’est vrai que tu as toujours été nul en math. Ecoute, merci beaucoup, mais… Il faut que j’y aille… Voila mon numéro. On s’appelle ?

-Ben… Toi tu m’appelleras pas vu que t’as pas mon numéro. Du coup je t’appelle, non ?”

Faut vraiment qu’on laisse Jimmy parler aux filles.

Oui. Tu m’appelles. Bonne nuit.”

On la raccompagne pas ? Elle a pas besoin de notre aide. Les gars, vous avez vu ? Quoi ? Ses yeux. Oui. Ils sont toujours magnifiques. Non. Ah si. Oui, oui mais c’est pas ce que je voulais dire. Ils sont… Changeants. Changeants comment ? Comme les nôtres.

Chapitre suivant