Chapitre 5 : Psycho… Logue

Chapitre précédent

« Alors Alexandre, comment s’est passée votre semaine ?

-Bien, plutôt bien…

-Et comment vous avez eu ces bleus ?

-Je peux vous montrer.

-Comment vous êtes-vous retrouvé en position de prendre des coups ?

-L’hidalgo, il dit que notre garde est trop basse.

-Mais c’est la faute de l’Artiste ! Il veut toujours admirer la vue !

-Je vois qu’il reste du travail à faire… L’Hidalgo vous a encore traîné dans un match de boxe, hein… ?

-Faut croire que oui…

-Bien mais… Vous sentez qu’il y a des progrès ?

-Oui, on met notre garde plus haut maintenant.

-Non, je voulais dire, vis-à-vis de votre situation ?

-Disons que la cohabitation est moins rude. Plus floue aussi. Mais dans l’ensemble, oui, il y a du mieux, même si… Ben vous voyez ma tête.

-Oui, vous feriez mieux d’améliorer vos esquives, si vous ne pouvez pas parer comme il faut.

-C’est pas bête ça. Quoi, tu crois que j’y avais pas pensé ? Disons que notre face tuméfiée tendrait à prouver le contraire…

-L’Artiste semble ne pas avoir eu sa part.

-Oh, si, vous en faites pas, j’ai pris plus que ma part.

-Ah, très bien. Pourquoi ce conflit avec l’Hidalgo alors ?

-Parce que… Les habitudes ont la vie dure. Comme ma… Non Jimmy !

-Et est-ce que vous avez donné assez de temps à Jimmy ?

-On a regardé les onze premières saisons de Pokémon en une semaine. Je dirais que oui. Il voulait même pas qu’on passe le générique ! On peut pas se sortir la musique de la tête. Même la musique classique de l’Artiste c’est pas aussi douloureux. Stop ! On ne compare pas Chopin et Pokémon !

-Bien, donc l’Hidalgo a ses combats, l’Artiste sa musique, Jimmy ses dessins animés… Et ça semble mener à un meilleur équilibre ?

-Oui… Pour l’instant en tout cas.

-Vous n’avez pas l’air convaincu, Alexandre.

-Si si, c’est juste que… Ben je sais pas trop où ça va mener…

-A un meilleur mode de vie, plus sain, qui n’impliquera pas d’être en conflit perpétuel avec des facettes de votre personnalité.

-Oui, mais concrètement, ça veut dire quoi ? Qu’ils vont disparaitre ? Se taire ? Mourir ?

-Non, ils feront juste partie intégrante de vous, participant au processus de décision à un niveau inconscient, comme le font les autres.

-Les autres ? On a d’autres colocataires ?

-Eh bien, oui, c’est très probable. Simplement ces autres parties de vous ne sont pas en conflit avec vos actions et vos décisions, par conséquent, leurs interventions, leurs participations, n’engendrent pas de remous. Ainsi, quand ils s’expriment, c’est comme si Alexandre s’exprimait, quand ils agissent, c’est comme si Alexandre agissait. Ou l’Artiste, ou l’Hidalgo, ou Jimmy. Et ainsi, ils ne perturbent pas votre façon de fonctionner.

-Mais euh… Vous pensez qu’il y en a beaucoup ?

-Difficile à dire. Probablement deux ou trois. Peut-être plus. En théorie, il y en a une infinité, mais comme pour les couleurs, il est presque impossible de trouver des limites claires sur le spectre lumineux. Mais quand on isole tout ce qui a l’air rouge, orange, vert, bleu, rose ou que sais-je, on obtient des couleurs bien différentes et facilement reconnaissables.

-Donc vous voulez dire que ces autres sont justes pas assez différents pour qu’on les repère ?

-Oui, exactement. Pour l’instant, en tout cas.

-Et… Si jamais ils le devenaient ?

-Eh bien ce serait signe que votre équilibre a été perturbé plus que d’habitude. Il vous faudrait alors négocier avec eux comme vous le faites en ce moment avec les trois autres, en donnant à chacun le temps qu’il mérite.

-Mais… Doc, et moi, du temps, j’en aurai quand ? »

Chapitre suivant