Chapitre 4 : The good, the bads and the lady

Chapitre précédent

Vraiment rien ? Non. J’ai rien trouvé. Vous faites quoi là… ? On regarde si ça parle de nous quelque part… Et ? Et non. Rien. Que dalle. Nada. Ça valait pas la peine de prendre autant de coups… On faisait pas ça pour être célèbre ! Non, enfin on a pas fait ça pour aider ce pauvre type non plus. Bien sûr que si ! Hum… Je te rappelle que c’est le psy qui t’a demandé de nous laisser nous exprimer. C’est toi que tu essayais d’aider hier. Oui, bon, disons que c’était pas entièrement désintéressé… On peut regarder des dessins animés plutôt ? J’aime pas les infos… C’est pas les infos, c’est notre biographie. Notre absence de biographie, en fait. Vous pensez qu’on devrait se faire un site internet ? Euh… Non. Je sais que tu ferais ça très bien, mais ça attirerait peut être un peu trop l’attention. Un peu trop, ça sonne mieux que pas du tout. Jimmy, on a dit pas de dessins animés. Mais vous regardiez pas… Et alors ? On a dit non. En plus j’ai pas l’impression que ces trucs là fassent de bien à mon cerveau. Notre cerveau.

Bon… On y retourne ? Il fait nuit. On va peut être pas le faire tous les soirs… Oui, c’est un peu douloureux quand même. Bruce Wayne il y va tous les soirs, même quand il a mal. Voyez ? Même le petit en redemande ! Oui, ben je suis pas sûr que ce soit un argument pour y retourner. Non, il a raison. On s’est lancés là dedans, faut s’y mettre à 100%. Je vous préviens, au premier os cassé, je tourne les talons. T’auras tourné de l’œil avant. Allez, on s’habille et on trace.

Euh… L’Hidalgo, t’es sûr de ton coup là… ? J’ai peur… Franchement, je sais qu’on m’écoutera pas, mais j’ai un très mauvais pressentiment. Je gère. Qu’est-ce qu’ils veulent faire à la dame ? Jouer au docteur. Mais je vais leur rappeler qu’il faut un diplôme pour ça.

« Les gars, je crois qu’elle est pas d’accord. »

Et ils se retournent… On s’en va maintenant ? Trop tard pour ça.

« T’es qui le bouffon ?

-Alors euh, techniquement, c’est Le Fou. »

Ta gueule, tu vas casser mon effet. J’essaie de nous éviter de nous faire casser la gueule ! Vous dites des gros mots.

Comme les deux gars nous regardent, la fille en profite. Elle a peur, mais elle à l’air d’avoir l’habitude d’avoir peur. Elle sort sa bombe au poivre. Elle n’a pas le temps de l’utiliser. Un pistolet sort, et s’abat sur sa tempe. Elle tombe. Je charge. Une balle fuse, me glace le sang, et me donne très envie de faire pipi dans mon pantalon… Pas dans le costume, Jimmy. Pas maintenant, surtout pas maintenant. Il n’y a pas eu d’impact, la balle a dû me rater. Mais une deuxième vient de partir. Elle s’écrase sur la masse à ailettes. On a du bol ce soir les gars. C’est au tour de ma masse de s’écraser. Sur la main armée. Puis sur la clavicule. Puis dans les côtes. Trois coups, plein de craquements, celui là a son compte. Le deuxième essaie encore de dégainer. Je vise les parties molles. Aouch ! Pas cool… Il doit souffrir… Franchement, les règles de base de la solidarité masculine devraient t’interdire de frapper à cet endroit là. J’évite de laisser aux ordures l’occasion de se reproduire. Pendant que le gars est plié en deux en train de se demander si il va vomir ses testicules ou juste se les écraser tellement il les serre, je rajoute un petit coup sur l’arrière de son crâne, presque délicatement. Il faudra vraiment que tu cherches « Délicatement » dans le dictionnaire…

« Ça va, madame ?

-Vous… Savez qui vous venez de massacrer ?

-Deux ordures qui vous voulaient pas du bien.

-Deux lieutenants de police ripoux qui essaient de m’empêcher de publier mon article sur la corruption en ville.

-J’imagine que les flics vont pas aimer mon costume.

-Il y a peu de chances. »

Elle me regarde. En fait, elle n’avait pas vu le costume. Je me suis donné du mal pour rien. Mais non, les méchants ont l’air de très bien comprendre le concept. Mec en costume : feu à volonté.

« Journaliste alors ?

-Blogueuse. Super-héros ?

-Punching-ball et cible d’entraînement. Mais je rends les coups, et je suis pas facile à toucher.

-Je m’appelle Rachel Styles. Et vous avez un nom ?

-Le Fou.

-Votre costume fait plutôt bouffon, vous savez. Genre au moyen-âge, avec les rois.

-Oui, mais le bouffon c’est déjà prit par le bouffon vert dans spider-man alors on a dû trouver autre chose.

-On ?

-On.

-Ah. Le Fou, donc.

-Oui. Mais si vous avez une suggestion…

-À part changer de costume ? »

L’écoute pas, il est très bien ton costume.

« L’Arlequin. Ça, ça vous irait bien. »

Chapitre suivant